La césarienne, mon aventure

Hello la compagnie !

J’espère que vous allez bien ce dimanche ensoleillé. Le dernier article concernant ma grossesse, c’était mon dernier trimestre et mon accouchement. Aujourd’hui je prends sur moi et je vous parle de ma césarienne.

cicactrice-césarienne
Crédit photo : Google « Naturelle maman »

Je dois bien avouer que mon accouchement m’a traumatisée, et non, je n’abuse pas du terme. Depuis le début de l’aventure –il y a maintenant un an– j’étais prête à accoucher par voie basse. Mais tout ne se déroule pas toujours comme on le souhaite. Il existe différent type de césarienne.

La césarienne de convenance

La césarienne programmée

La césarienne d’urgence

Je vous parlerais de ma césarienne. Le 17 juin, j’ai subi une césarienne d’urgence, c’était un code rouge. En effet, après 40 heures de faux travailles, le coeur de Pépin ne supportait plus l’effort qu’on lui demandait. Le médecin à donc pris la décision de me descendre au bloc avant qu’il ne soit trop tard pour lui, et pour moi.

  • Péridurale ou Rachi ?

L’anesthésiste m’a posé une péridurale, en prévision d’un accouchement par voie basse. La première dose est vite partie, je sentais à nouveau les douleurs… Alors, l’anesthésiste de garde est passé, il m’a injecté une nouvelle dose de péridurale. Dix minutes plus tard, j’en recevais une deuxième. J’ai reçu en tout et pour tout, trois doses ! Je me sentais paralysée, sans euphémisme, impossible de bouger sauf la tête. Cette sensation m’a rapidement mise les larmes aux yeux, je ne sais pas si vous connaissez ça mais, ne pas pouvoir bouger son corps c’est frustrant et apeurant.

  • Et une fois au bloc ?

Le champ est posé rapidement, le drap me sépare de l’autre côté du bloc, je suis plongée dans l’inconnu. Tous les instruments sont mis en place et l’incision est faite sans perdre de temps. Avec le corps « paralyser » je n’ai eu aucun ressenti.  Pas la moindre sensation. Mathéo est sorti à 3h20 mais il n’a pleuré que 5 minutes plus tard… En attendant de l’entendre, le gynécologue a sorti tout ce qui ne devait pas être là après l’accouchement. Tout ça, cela à durée une vingtaine de minute. J’ai eu 35 agrafes (alors que la cicatrice est toute petite, apparemment). J’ai été envoyé en salle de réveil après avoir embrassé mon fils pour la première fois.

  • Salle de réveil et remonté en chambre.

Je suis resté 2h en salle de réveil. Je commençais à retrouver des sensations dans les jambes et j’ai senti les premières douleurs : perte de sang fulgurante, vertige, bouche pâteuse, maux de tête… Bref la panoplie complète !

Une fois arrivée dans la chambre, Mathéo est arrivé en compagnie de ma maman et de la puéricultrice. J’ai pu serrer mon fils dans mes bras, 5h après sa venue au monde… Impossible pour moi de faire la tété de bienvenue et de faire le peau à peau tant désiré.

Après ça, je me suis levée le jour-même. J’avais mal mais, ça me faisait du bien. Le plus important étant d’écouter son corps afin de se remettre au maximum de ce traumatisme.

Je m’excuse pour cet article qui tire en longueur ! Nous vous embrassons.

Aby ⊗

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s