J’ai mis environ une heure et demi à trouver une façon simple de commencer ce billet. Il s’avère que cette tâche est plus compliqué que ce que j’imaginais. J’ai bien essayé de faire simple, mais je n’y arrive pas, cela ne me correspond pas.

Être maman à vingt-deux ans, qu’est-ce que ça change de plus qu’à trente ans ?

Pour être totalement honnête avec vous, ça change BEAUCOUP de chose. Ce n’est pas seulement le quotidien qu’on adapte, c’est notre style de vie. Cela fera six mois que Mathéo partage ma vie, et six mois cela peut paraître long, en réalité, c’est très court. Adapter son quotidien pour intégrer un petit être dans le besoin, c’est un challenge de tous les jours. Malgré toute mes bonnes volontés et ma capacité d’adoption rapide, il y a des jours ou je ne parviens pas à tout gérer.

Le premier mois, ma mère m’a beaucoup aidé. En réalité, j’ai vécu chez elle jusqu’à 22 juillet ! Je ne me sentais pas capable de rentrer chez moi et de m’en occupez toute seule. Les débuts de l’allaitement m’ont mise sur les rotules, puis la fatigue, les réveilles perpétuelles parce que je m’inquiétais… Avoir un enfant, c’est paniquer à la moindre occasion ! La mort subite du nourrisson me colle encore des sueurs froides. Ce petit être ne peut compter que sur moi, mais comment faire, quand moi, je ne peux compter sur personne ?

Il est vrai que j’ai choisis ma vie de maman solo, mais, est-ce que j’avais le choix ? Mes convictions et mon passé avec son papa ne me donnait pas beaucoup de porte de secours. Être «maman solo» cela ne veut pas dire compter sur les autres tous les jours. C’est apprendre tous les jours ! Il n’y a pas d’âge pour apprendre, mais cela reste compliqué de changer du jour au lendemain.

Mon quotidien, mes soirées… Désormais c’est notre quotidiens, nos soirées et son bonheur ! Je me battrais corps et âme pour qu’il ne manque jamais de rien. Je travaillerais des heures durant pour qu’il soit à l’abri du besoin, son éducation, notre mode de vie… Tout ce que je dois lui inculquer, c’est en me souvenant pourquoi j’ai décidé d’être sa mère que je puisses la force de le rendre heureux.

Partie un-

Publicités